Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 août 2015 6 22 /08 /août /2015 22:11
"Extrêmes et lumineux": le magnifique zapping proustien de Christophe Manon

Attention, attention!... il n'est pas question ici de déjà-vu, de déjà-lu, de déjà-écrit. Il est question ici de Littérature avec un grand L, d'émotions pures, de l'invention de nouvelles formes littéraires, de dispositifs narratifs inédits et fulgurants, de Poésie avec un grand P. Il ne s'agit pas de lire au sens linéaire du terme un roman "normal", mais de se perdre et d'aimer se perdre dans ce livre.

"Extrêmes et lumineux" de Christophe Manon, c'est un flux de scènes successives, racontées avec des phrases amples qui évitent les points, isolées en des paragraphes compacts, pleines de descriptions frappantes. De la vie capturée à l'état brut.

"Extrêmes et lumineux", cela peut sembler au lecteur d'abord déconcerté comme une série de souvenirs aléatoires fixés, on passe, on glisse de l'un à l'autre comme si dans une même nuit on se laissait glisser vertigineusement de rêve en rêve. Le procédé qui permet de passer d'un récit à l'autre est absolument génial: régulièrement au plein milieu d'un mot, la phrase est coupée, le paragraphe interrompu reprend plus loin, le mot se finissant dans une autre histoire. Ces glissements inattendus, généralement à un moment où l'on est bien happé par le récit commencé, provoquent des effets de cadavres exquis, toujours surprenant, bousculant le lecteur pour le faire parfois sourire (une scène d'amour torride cédant la place au portrait d'une vieille grand-mère par exemple...), parfois grommeler (mince, pourquoi quitter ce personnage de manière si intempestive, coïtus interruptus!...),. Du coup, c'est une lecture qui vous secoue sans cesse, comme si l'auteur nous disait à chaque fois: "Hé, lecteur, réveille-toi, tu changes d'histoire, tu te perds!" Et moi j'ai adoré me perdre dans cet enchevêtrement de récits télescopés, j'ai adoré chercher à établir des ponts entre ces scènes, car il y a de nombreux fils qui relient tous ces épisodes- et c'est en cela qu'on peut tout de même apparenter ce livre à une espèce de roman.

On se lance sur différentes pistes; il y a le motif du vieux théâtre forain, dont les accessoires sont relégués au musée, il y a beaucoup de vieilles photos exhumées, comme autant de vieux souvenirs de famille qu'on voudrait reconstituer, il y a beaucoup de couples qui font l'amour de façon très sensuelle... Le contexte évoqué est plutôt celui de la campagne (et c'est aussi pour cela que ce livre me parle particulièrement, je retrouve ma propre famille dans ces portrait d'aïeux...) et du passé. C'est un livre fragmenté comme une mémoire familiale floue et malmenée, qu'on aimerait pouvoir reconstituer à l'aide de traces éparses, dans lequel on s'enfonce, comme si on s'enfonçait de plus en plus profondément dans les fantasmes, dans l'histoire de quelqu'un, peut-être celle de la famille de l'auteur, ou la vôtre, la nôtre...

Ce livre, cet objet littéraire non identifié, il faut du temps pour le lire, car il faut accepter de se laisser happer par la superbe description d'un baiser par exemple, accepter l'inédit, accepter de se laisser déranger dans sa propre attente de la lecture, surtout quand ce livre vous est présenté comme un "premier roman"... alors que c'est vraiment autre chose. Plus vous avancez, plus vous vous demandez si votre roman se désagrège ou s'il se compose. Un peu comme quand vous avancez dans la vie d'ailleurs, en essayant d'établir vous même la cohérence secrète entre tout ce que vous vivez: vous sentez que cette cohérence existe dans le livre, et elle s'établit à votre insu.

Ces bascules d'un récit à l'autre multiplient cet effet que produit l'ouverture d'un nouveau livre, quand vous ne savez pas où vous allez tomber. Cela m'a aussi évoqué le glissement des doigts que vous faites sur un écran tactile, quand vous balayez un contenu internet d'un mouvement pour en faire apparaître un autre, qui n'a rien à voir... J'ai aimé aussi l'usage de police de texte différente quand on passe à la première personne, ou les trous dans les mots quand ils viennent à manquer.

J'ai été émerveillée par ce livre complexe.

En voici certains passages pris au vol, qui semblent être des essais de définition de l'entreprise littéraire de ce livre (mais qui ne sont pas explicitement présentés comme tels):

p.80 "puzzle dont il manquerait trop de pièces pour être reconstitué, fresque qu'aucun archéologue n'est en mesure de restaurer, ces scènes perçues comme à travers une brusque déchirure dans les ténèbres de la nuit, déformées par l'éloignement temporel"

p.110 " peut-être le rêve (...) de tenter de saisir d'infimes éclats de vie et de ne pas les laisser s'éteindre, soufflant dessus comme sur des braises, non pas pour dire le monde , car la chose est résolument impossible, mais de la célébrer, non pas de retrouver le temps perdu, mais de lui donner son épaisseur, sa mesure en quelque sorte, d'enfin produire une émotion communicable par ses propres moyens"

p.120 "suite absurde et discontinue d'évocations qui n'ont pas plus de consistance que des fables dont les fils narratifs se mélangent, puis se dérobent sous ses mains, aussi insaisissables et évanescents que l'air".

p.38 "antiques souvenirs racontés le soir au coin du feu, longuement élaborés et remaniés dans des récits incohérents, confus et sinueux, se perdent à force de détours et d'interminables digressions en considérations annexes ou extravagantes, constituant ainsi à chaque nouvelle occurrence une version différente, parfois à quelques infimes détails près d'un seul vaste corpus".

Si vous aimez la poésie, si vous voulez découvrir un auteur qui invente de nouvelles formes, et qui essaie de saisir le flux de la vie, ayez l'audace de lire "Extrêmes et lumineux", un livre qui ne ressemble à rien que vous connaissiez déjà.

J'ai lu ce livre dans le cadre du challenge "68 premières fois", organisé par Charlotte l'insatiable. Je vais de ce pas me procurer la réécriture du Testament de Villon, du même auteur (2011) pour vivre une autre expérience littéraire inédite avec Christophe Manon.

Le petit carré jaune en a aussi parlé sur son blog!

Partager cet article

Repost 0
Published by Une ombre dans la brume
commenter cet article

commentaires

eimelle 23/08/2015 09:13

de quoi attiser ma curiosité pour ce livre!

Françoise 23/08/2015 10:06

En tout cas, prends du temps pour le lire, on ne peut pas le prendre légèrement comme les autres premiers romans du challenge. A la limite, c'est un livre qui peut faire l'objet d'une lecture très fragmentée.

Stephie 23/08/2015 07:57

Je n'ai lu que quelques petites phrases de ta chronique pour ne pas en savoir trop avant la lecture. Joli billet qui donne envie de découvrir ce titre :)

Françoise 23/08/2015 10:08

Oui, je me demandais si je devais décrire les procédés du livre, car le plaisir de leur découverte et de leur compréhension progressive fait aussi partie de l'aventure. Mais en même temps, je voulais être précise dans son évocation pour bien en rendre compte. Pas facile!

Présentation

  • : Effleurer une ombre
  • Effleurer une ombre
  • : Je suis conne comme la lune sans soucis, comme la lune béate qui luit à l'automne, et offre le sourire de sa face blême aux moutons rêveurs, aux filles endormies. Je suis pomme, en somme, et de ce mauvais fruit, sais-tu? La gloire des campagnes monotones (Par qui Dieu sur Eve jeta l'anathème jadis) pleine d'asticots et toute pourrie. Je suis vache mystique des champs nivernais, mâchouillant ma vie végétale dans la paix. Le temps passe, je rumine, bovine herboriste.
  • Contact

Liens