Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 août 2015 3 26 /08 /août /2015 13:19
L'épure japonaise de "Kokoro" de Delphine Roux

Voici un livre délicat qui a pour sujet le deuil familial. Koichi et sa soeur Seki ont réagi de façon opposée après la mort de leurs parents dans un incendie: alors que le premier refuse de sortir de l'enfance, la seconde s'est fabriqué une armure de working-girl pour oublier le passé. Koichi ne pourra atteindre l'âge adulte et vivre sa vie d'homme que si l'armure de sa soeur se fend.

L'écriture minimaliste de Delphine Roux semble teinte d'une tristesse aquarellée, comme une estampe d'Hokuzaï. Et c'est un véritable défi de parler d'un deuil avec une écriture si aérienne.

Le traumatisme familial ne peut se résoudre que familialement, comme si chaque membre de la cellule subsistante était un élément essentiel de l'équation miraculeuse de la reconstruction pour tous.

J'ai aimé la légèreté poétique de ce livre en équilibre fragile. Il se lit en clin d'oeil, comme un conte asiatique, mais on se rend compte après l'avoir reposé qu'il était paradoxalement consistant et que sa délicatesse, à l'image de son narrateur sentimental, était bien rare.

Ce livre a été lu dans le cadre du challenge "68 premières fois", coordonné par Charlotte l'insatiable, et vous trouverez d'autres chroniques à propos du même titre sur les chouettes blogs suivants:

Le petit carré jaune: http://lecarrejaune.canalblog.com/archives/2015/08/23/32527375.html

Ecriture Factory: http://www.ecriturefactory.com/blog/2015/08/kokoro-delphine-roux/

Partager cet article

Repost 0
Published by Une ombre dans la brume
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Effleurer une ombre
  • Effleurer une ombre
  • : Je suis conne comme la lune sans soucis, comme la lune béate qui luit à l'automne, et offre le sourire de sa face blême aux moutons rêveurs, aux filles endormies. Je suis pomme, en somme, et de ce mauvais fruit, sais-tu? La gloire des campagnes monotones (Par qui Dieu sur Eve jeta l'anathème jadis) pleine d'asticots et toute pourrie. Je suis vache mystique des champs nivernais, mâchouillant ma vie végétale dans la paix. Le temps passe, je rumine, bovine herboriste.
  • Contact

Liens